Utilisation de XFS…

pour la suite:

  • $volname : nom que l’on veut attribuer au volume, en général, je met le nom du point de montage ;
  • $s : taille du log de journalisation, je met de 64m ou 128m en fonction de la quantité de ram sur la machine (ram ≤ 12Go → 64, ram > 12Go → 128) ;
  • $dev : nom du device à formatter (partition, volume RAID, volume LVS) ;
  • $mount : nom du point de montage ;
  • option entre «[ ]» → option facultative.

formatage du volume:

mkfs.xfs [-L $volname] -d agcount=32 -l size=${s}m -i maxpct=0 $dev

montage du volume:

Suivant l’usage qu’on aura du volume XFS, on peut remplacer noatime,nodiratime par relatime, et on peut ajouter l’option largeio.

Les options nodev,nosuid et noexec sont facultatives (mais très recommandées). A noter qu’il vaut mieux éviter le noexec sur une partition qui servira à stocker le home de vos utilisateurs…

/etc/fstab:

$dev $mount xfs noatime,nodiratime,logbufs=8,logbsize=256k,attr2,inode64[,largeio],auto,nodev,nosuid,noexec 0 0

depuis le shell:

[root@host :~]# mount -t xfs -o nodev,nosuid,noexec,noatime,nodiratime,\
logbufs=8,logbsize=256k,attr2,inode64[,largeio],auto $dev $mount

quelques options utiles niveau sysctl:

au moins:

vm.dirty_writeback_centisecs = 1500
fs.xfs.xfssyncd_centisecs = 360000
fs.xfs.xfsbufd_centisecs = 3000

et aussi:

vm.min_free_kbytes = 65536*
vm.overcommit_ratio = 2
vm.dirty_background_ratio = 20
vm.dirty_ratio = 60

* valeur comprise entre 16Mo (16384ko) et 64Mo (65536ko). à adapter en fonction de la machine